content detail

Solo wedding au Japon: pas besoin d’être deux pour se marier, par Pascale Rivals

Auteur : 27/05/2015 0 comments 1863 vues

Ai Aoyama[1], conseillère en relation amoureuse et sexuelle à Tokyo s’inquiète du désintérêt des jeunes pour les relations amoureuses et la sexualité.

« Mendokusai « est la formule[2] utilisée par les hommes et les femmes. Le nombre de célibataires atteint des records et un tiers des moins de trente ans n’ont jamais eu de partenaire. Certains n’imaginent même plus un contact physique avec le sexe opposé.

Chacun converse via les réseaux sociaux mais pour ne plus se rencontrer.

Devant ce « syndrome du célibat », des tentatives : Le ministre chargé de lutter contre la dénatalité organise des campagnes pour le mariage ; dans le Département de Kagawa chaque premier jour du mois a été déclaré « Journée de l’amour ».

Dans ce contexte, un service devient de plus en plus populaire au Japon. Il transforme les femmes qui le désirent en mariée-solo. Deux jours de noce : choix de la robe, préparation du bouquet, dîner dans un restaurant chic…mais solo. Le lendemain, le grand jour ! Coiffure, maquillage, séance photo.

« Rêve de petite fille », dit l’une, « ne pas importuner son partenaire », dit l’autre, avec ou sans, au pays du solo wedding, chaque Une reste avec la solitude de son fantasme… hors demande, hors désir, hors rencontre des corps…

Au pays des hikikomori, quel sera le nouveau partenaire de la mariée éphémère réduite à son image en robe?

[1] Magazine Clés, Les champions de l’amour durable, « Un Pays sans sexe et sans enfants », n° 93, février 2015.

[2] Traduction : trop compliqué, ça ne vaut pas le coup.

About author

Faire Couple

Website: