content detail

Pas mon genre

Auteur : 18/10/2015 0 comments 870 vues

Puis-je aimer une femme si différente de moi ? Comment ai-je pu tomber amoureux malgré tout ? Ces deux questions posées par Lucas Belvaux en évoquant le héros proustien de son film Pas son genre, sauraient-elles faire vaciller la théorie narcissique du lien au partenaire à la veille des J45 ? On reconnaît bien dans ce malgré combien la liaison inconsciente qui nous noue à nos objets libidinaux, fait peu de cas de ces traits pourtant érigés fièrement par le moi comme conditions sine qua non pour faire couple.

Ce n’est pas autre chose que nous apprend l’expérience analytique : ce malgré tout – je reste, je n’arrive pas à m’en passer, je le veux, est le cœur même de ce qui pour chacun, sur les terres d’Eros, fait connexion, branchement, couple. Le constat de Lacan selon lequel les couples ne se défont jamais à cause des défauts objectifs des partenaires, ne fait que démontrer que ce qui relie le couple se joue ailleurs.

Le scène du couple est toujours une Autre scène et le sujet ne connaîtra sa véritable façon de l’habiter, pas plus que son script, qu’à condition de cerner les ficelles de ce nœud de jouissance que recèle ce malgré tout. Tu n’es peut-être pas tout-à-fait mon genre du point de vue de l’Idéal d’où je te regarde et pourtant tu es ce que mon fantasme a de plus chéri et vice-versa. Maintenir la distance entre ces deux termes, grand I et petit a, définit aussi la façon dont le désir de l’analyste peut garantir un repérage au sujet sur sa modalité inconsciente de faire couple.

Camilo Ramirez

About author

Faire Couple

Website: