content detail

Le fil à couple

Auteur : 31/05/2015 0 comments 1047 vues

À Toulouse comme ailleurs on fait couple sur un fil. Pourquoi le saurait-on, ici, mieux ou moins bien qu’ailleurs ?

Parce qu’en 1954 Jean Dieuzaide le dévoile dans son reportage photographique place du Capitole : « Le mariage des Diables Blancs » dont même les américains ont fait grand cas ? Et pourtant, à part l’aéronautique, en 54, on imagine mal que Toulouse soit leur verre de Coca.

Parce que Juliette feule et gueule, proteste, tempête, implore, laisse percevoir dans le grain de sa voix une fêlure qui nous parle d’ici, chante et danse, nous entraîne inexorablement dans la prière d’amour endiablée qu’elle adresse à la ville via « los chicos de mi barrio », « Les garçons de mon quartier » pour ceux qui n’hispanisent pas, ou la ville vécue à la hauteur du corps emporté par le désir au rythme accéléré de la cumbia colombienne ?

Parce que les Ombres Blanches sont propices aux funambules ? La brique et l’accent ajointés ?

Parce que les Mystères sous les trois formes distinguées par Pascal Quignard, à la suite d’Aristote, théâtre, littérature, peinture, remplissent les salles ?

Parce que tout comme Rome-oui je me rends compte c’est beaucoup-Toulouse, parfois, s’absente d’elle-même, s’installe à la campagne ?

Parce que ça mange pas deux fois par jour du cassoulet ? Parce que si ça sent pas toujours la rose ça peut fleurer la violette ?

Parce que le tout Toulouse qui chante et qui danse quand il ne va pas au théâtre du Capitole se retrouve au Bikini ?

           Sans doute parce que, comme partout, la vie pour chacun à son objet attaché, a un goût.

Ce numéro « Spécial Toulouse » le donne à lire, à voir et à entendre.

Sentira-t-on entre les lignes la palpable douceur du jour qui s’étire au cours des longues soirées d’été où la ville et le possible, pour un toujours de quelques heures, se mettent à la colle sur les berges de la Garonne ? Oui et non.

Oui car c’est sans doute en tous lieux la même chose. Non parce que ça ne se passe ici que pour ceux dont les objets du monde se logent dans cet écrin.

Parce que, parce que, parce que,… si la rose est sans pourquoi enlevons l’objet et le couple est sans parce que.

Francis Ratier

About author

Faire Couple

Website: