content detail

La couple et l’Orient

Auteur : 20/09/2015 0 comments 761 vues

 

C’est dans le contexte d’un Orient sous tension que notre enquête se poursuit ce lundi. Sous la pression de la revendication contemporaine égalitaire (voir la video d’Abdel Taia), associative, démocratique, les modes d’union traditionnels volent en éclat pour laisser place à de nouvelles formes d’union légales ou pas. Les boussoles de l’orthodoxie s’affolent.
Lacan avait anticipé ces bouleversements sans précédent en les éclairant d’une formule percutante: il n’y a pas de rapport sexuel. Les rapports entre les sexes reposent pour une grande part sur le pouvoir du symbole, une vaste architecture de semblants. Cette vérité éclate au grand jour, n’en déplaise à ceux qui la refusent. Dans ce grand chambardement, ce sont les femmes qui, à l’heure de la mondialisation, font trembler les forcenés de la réaction en raison de leur puissance alternative, comme Malek Chebel ne manque pas de le faire remarquer. Pas seulement parce qu’elles sont capables de gouverner – on le sait depuis belle lurette ! –, mais parce qu’elles incarnent structuralement la différence du mode de jouir insupportable aux forces obscurantistes. L’Autre qui arrangeait les mariages selon les semblants de la tradition (lire la contribution de F. Taouzari-Liget), depuis toujours selon les canons masculins, paternels, ne parvient pas à faire entrer à toute force les femmes dans le régime oedipien. D’où la haine et la dévalorisation des femmes de la part de ceux qui regardent en arrière.
Alors, faisons entendre une autre voix, celle qui s’inspire de la psychanalyse lacanienne. Et demandons-nous quel est le véritable fondement des liaisons entre parlêtres. « Il n’y a aucune raison pour que, une-femme-entre-autres, un homme la tienne pour sa femme » (J. Lacan).

Christiane Alberti

About author

Faire Couple

Website: