content detail

Faire couple au temps des dinosaures, par Deborah Gutermann-Jacquet

Auteur : 17/06/2015 0 comments 1009 vues

Une romance entre dinosaures n’est pas absolument une chimère. C’est la thèse que soutient le scientifique canadien Scott Persons[1].

Pour ce paléontologue, les squelettes des deux dinosaures ensevelis il y a 75 millions d’années et retrouvés en Chine dans le désert de Gobi, sont ceux de deux amants. De là à dire cependant qu’ils se seraient aimés jusque dans la mort, il y a un pas que franchit Scott Persons. Il a publié ses hypothèses dans le célèbre journal Nature[2] et se fonde, pour les étayer, sur l’anatomie des squelettes, en partie la distinction de la taille des queues et la forme de celle du mâle, qui évoque la roue séductrice du paon. C’est par ce truchement que ces oviraptors établissent le rapport sexuel qu’il n’y a pas entre les êtres de chair et de langage. Autrement dit, là où ça baigne pour les premiers, ça coince pour les seconds.

Nul doute que Scott Persons, en mettant à jour les stratégies de séduction de cette espèce disparue, fait là une découverte. Lorsqu’il imagine qu’ils se sont peut-être blottis l’un contre l’autre pour se protéger de la pluie, il témoigne plutôt qu’être scientifique et romantique, n’est pas antinomique, quitte – peut-être – à encombrer l’existence nue des oviraptors de ses fictions.

[1] http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/04/03/les-dinosaures-etaient-ils-des-amants-autant-que-des-guerriers/

[2] Scott Persons, « A possible instance of sexual dimorphism in the tails of two oviraptorosaur dinosaurs”http://www.nature.com/srep/2015/150328/srep09472/full/srep09472.html.

About author

Faire Couple

Website: