content detail

La danse des corps d’après Bob Fosse, par Géraldine Pioud

Auteur : 18/10/2015 0 comments 782 vues

Sans titre1

 

https://www.youtube.com/watch?v=vSHnK4dvi3w

Dans la filmographie du réalisateur Bob Fosse, All That Jazz (1979) tient une place particulière. Son quatrième long métrage est un de ses plus récompensés (Palme d’or à Cannes en 1980, deux BAFTA et quatre Oscars), certes, mais il est surtout son film le plus personnel. Très clairement autobiographique, même si Fosse s’en est défendu a posteriori, All That Jazz raconte les tourments de Joe Gideon (Roy Scheider), un metteur en scène ultra-perfectionniste qui a une existence dissolue.

La séquence « Air-Otica » intervient à peu près au milieu du film : Joe Gideon présente à ses investisseurs une nouvelle chorégraphie dans laquelle les codes du genre du musical volent en éclats. Joe Gideon propose ici une nouvelle manière de danser à deux, de faire couple en balayant le classicisme.

« Air-Otica » est une compagnie aérienne assez particulière : c’est celle qui peut vous mener au septième ciel. Hommes et femmes, sous les yeux inquiets des producteurs, entament une danse dans laquelle les sexes se mélangent. Le dispositif technique, fumée et lumière tamisée, ne confère pas à cette séquence un caractère malsain.

Le corps se révèle œuvre d’art, harmonieux et beau, plus esthétique que n’importe quel coup de pinceau. Tous dansent avec tous : les hommes entre eux, les femmes entre elles, hommes et femmes ensemble.

Le duo conventionnel, c’est à dire le couple danseur/danseuse, prend à présent des allures de partouze : ce terme, employé par l’un des danseurs, est le déclencheur musical de la batterie, venant dynamiser une chorégraphie jusque-là assez sensuelle, bien qu’un peu provocante.

Les danseurs s’agitent, caressent l’échafaudage, se frottent les uns aux autres.

Tout s’active, se précipite : cuisses, seins, bras, fesses. La chair se donne, sans contrainte, en toute liberté. Faire couple différemment, via l’apologie d’une sexualité libérée (et libertine) ; faire couple autrement, via une unité esthétique, voire originelle ; faire couple comme jamais dans la comédie musicale, avec des danseur-se-s rendu(e)s androgynes, dans une tentative presque désespérée de renouvellement d’un genre en fin de vie.

Géraldine Pioud est auteur d’une thèse sur Bob Fosse

About author

Faire Couple

Website: